Contexte

Grâce à nos travaux, le projet Innovation Premières Nations appuie l’autodétermination des Premières Nations, leurs traités, ainsi que leurs droits et responsabilités en matière de terres et de ressources. Nous reconnaissons la relation de nation à nation qui existe entre chaque Première Nation et l’État canadien et constatons que les dirigeants et les communautés des Premières Nations innovent à bien des égards pour assurer leur autodétermination. Nous considérons que nos travaux de recherche et de diffusion soutiennent les processus transformateurs de la décolonisation qui libèrent chacun d’entre nous des relations coloniales qui nous déshumanisent tous et qui détruisent notre monde naturel.

Nous valorisons la recherche qui permet de mieux comprendre, d’élaborer des politiques sur la base d’éléments concrets et d’opérer de profonds changements. Des études approfondies menées il y a plus de dix ans par le gouvernement canadien ont permis de cerner de nombreuses priorités en matière de développement des communautés des Premières Nations, priorités qui subsistent encore aujourd’hui. La Commission royale sur les peuples autochtones (1996) avait constaté que les traités historiques avec les Premières Nations avaient été remplacés par des politiques destinées à chasser les peuples des Premières Nations de leurs terres ancestrales, à anéantir les Premières Nations et leurs gouvernements, à miner leurs cultures et à étouffer leur identité. La Commission avait aussi déterminé que les Premières Nations cherchaient réparation pour ces injustices, mais ce qu’ils voulaient surtout, c’était de pouvoir contrôleur leurs vies (CRPA, 1996).

Pour les Premières Nations situées dans des régions rurales et éloignées d’un bout à l’autre du Canada, l’innovation présente à la fois de grandes possibilités et des défis de taille. D’une part, les Premières Nations ont maintes occasions d’utiliser des technologies de façon innovante pour renforcer leur autodétermination et améliorer les services communautaires et le développement social et économique global de leur communauté. Ces possibilités sont particulièrement évidentes pour les communautés rurales et éloignées qui ont accès à la connectivité à large bande, ainsi qu’à ses réseaux et applications, et qui les utilisent efficacement. D’autre part, ces communautés rurales et éloignées sont marginalisées sur le plan économique en raison des relations coloniales qui ont cours au Canada. Le non-respect des traités et des droits des Premières Nations par le Canada est à l’origine des crises sociales, économiques et environnementales dont nous sommes aujourd’hui témoins au sein des communautés des Premières Nations.

Les Premières Nations des régions rurales et éloignées ont besoin d’innovation pour assurer leur autodétermination. Par « innovation », on entend l’amélioration des services, des technologies et des processus en faisant les choses différemment, ainsi que l’invention de nouvelles façons de faire pour que tout fonctionne rondement. Dans le cadre de nos recherches, nous nous concentrons sur nos partenaires des Premières Nations et les communautés rurales et éloignées qui sont branchées sur leurs réseaux. Nous travaillons avec ces organismes et communautés et étudions la façon dont ils utilisent les réseaux à large bande et les technologies de l’information et des communications (TIC) pour améliorer les services et favoriser le développement social et économique des communautés rurales et éloignées des Premières Nations. Avec nos partenaires, nous cherchons à aider les communautés à apprendre, à documenter et à partager des moyens novateurs d’utiliser les réseaux à large bande et les TIC pour mieux répondre à leurs besoins.

En tant que nations autonomes canadiennes qui s’autodéterminent, les Premières Nations des régions rurales et éloignées mettent sur pied des systèmes à large bande en vue d’offrir des services communautaires à leurs membres et résidents. En s’employant à réaliser toute une gamme d’initiatives locales novatrices en matière de développement de l’infrastructure à large bande, les Premières Nations et Innovation Premières Nations font partie intégrante d’une toile complexe de connexions et de réseaux qui permettent le partage d’information, de ressources et de connaissances liées à l’utilisation de la large bande et des TIC de façon innovante.

Les Premières Nations des régions rurales et éloignées et les dirigeants des communautés des Premières Nations, par l’intermédiaire de leur organisme national, l’Assemblée des Premières Nations (APN), ont adopté la cybercommunauté comme approche globale de développement pour l’infrastructure à large bande. Cette démarche est soutenue par la volonté des Premières Nations non seulement d’être propriétaires de leur infrastructure locale et des services qui reposent sur cette infrastructure, mais aussi d’en assurer le contrôle et la gestion. Nous appuyons ces activités en facilitant leur compréhension, en les documentant et en créant des occasions de partager ces expériences et d’apprendre de ces dernières.

Veuillez consulter la section Publications de notre site pour avoir accès à plus de 40 publications qui documentent les résultats de nos études et travaux réalisés à ce jour. Nous espérons qu’en partageant ces derniers, nous vous aiderons tous à valoriser et à appuyer le travail accompli par les Premières Nations dans l’utilisation novatrice des technologies pour soutenir leurs communautés.

Référence : CANADA. COMMISSION ROYALE SUR LES PEUPLES AUTOCHTONES (1996). À l’aube d’un rapprochement : Points saillants du Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones, Ottawa, Ministre des Approvisionnements et Services Canada, http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1307458586498/1307458751962.