Politique relative aux publications 

HISTORIQUE

La diffusion de nos résultats de recherche par le biais de publications constitue un aspect important de notre travail. Durant l’été 2010, le personnel affecté au projet ainsi que les partenaires ont travaillé en étroite collaboration pour élaborer une politique relative aux publications qui soit sérieuse, respectueuse et pertinente pour tous les participants au projet de recherche. Cette politique, qui est entrée en vigueur en septembre 2010, visait toutes les publications issues du projet depuis septembre 2010. Les pratiques généralement reconnues en matière d’attribution de paternité et de reconnaissance ont été suivies pour les publications produites avant cette date.

À l’été 2012, la politique relative aux publications a été revue et mise à jour en tenant compte de notre expérience des deux dernières années avec la politique originale, de la nouvelle désignation du projet Innovation Premières Nations et de ses nouvelles priorités. La version révisée actuelle de la politique entrera en vigueur dès janvier 2013.

Auteurs autochtones, collectifs et autres 

  1. Dans le cas de projets de recherche communautaire, les principes PCAP (la propriété, le contrôle, l’accès et la possession de la recherche par les Premières Nations) et les protocoles appropriés aux partenaires des Premières Nations et à la recherche communautaire seront pris en considération et appliqués, s’il y a lieu, pour chaque publication. Les chercheurs devront négocier la paternité de l’œuvre avec les partenaires de recherche et les communautés des Premières Nations participantes.
  2. Toutes les publications devront compter au moins un auteur autochtone. Cet auteur et tous ses collaborateurs devront être invités à participer à toutes les étapes de la création, y compris la rédaction, la révision, l’examen des ébauches et l’approbation de la version finale.
  3. Toutes les publications qui reposent sur des travaux de recherche menés dans une communauté des Premières Nations devront compter au moins un auteur membre de cette communauté. Cet auteur devra être invité à examiner les versions préliminaires et à approuver la version finale. La responsabilité première de cet auteur est de veiller de son mieux à ce que la publication traduise fidèlement son point de vue à titre de membre de la communauté.
  4. L’ordre des auteurs peut être établi de diverses manières. Le chercheur principal du projet suggérera d’abord l’ordre des auteurs, qui sera revu par ses collaborateurs.
  5. Dès le début d’une nouvelle publication, le nom des auteurs et tout autre renseignement pertinent seront inscrits sur la liste des publications en cours dans le cadre du projet (voir la section IV).

Reconnaissance des collaborateurs, y compris les participants aux projets de recherche communautaire 

  1. Toutes les publications d’Innovation Premières Nations devront comporter une section de remerciements afin de reconnaître le concours des partenaires (p. ex. les communautés et leurs dirigeants), des bailleurs de fonds et des participants au projet de recherche. Si la publication repose sur des renseignements recueillis auprès de membres d’une communauté, on trouvera dans cette section remerciements le nom des membres de la communauté qui ont participé au projet de recherche et qui désirent que leur nom soit mentionné.
  2. Toute mention dans la section des remerciements est au choix du participant, qui pourra l’indiquer sur son formulaire de consentement, ou par consentement verbal. Le chercheur donnera au membre de la communauté l’option de voir son nom mentionné dans les publications à venir.
  3. Le formulaire de consentement du participant devra également proposer aux membres de la communauté la possibilité d’examiner toutes les versions provisoires des documents de recherche qui découlent du projet. Le cas échéant, cet examen s’effectuera par courrier électronique. Il incombe donc aux participants aux projets de recherche d’inscrire à cette fin une adresse électronique valide sur leur formulaire de consentement. Si le consentement a été donné verbalement (et non par écrit), le chercheur devra enregistrer l’adresse électronique dans le cadre de son entrevue afin qu’elle figure dans la transcription.
  4. Lorsqu’on prévoit publier des photographies de membres d’une communauté, on doit obtenir leur consentement verbal et l’enregistrer dans le cadre de l’entrevue.

Exigences à l’égard des auteurs

  1. Toute personne citée en qualité d’auteur doit avoir apporté une contribution intellectuelle directe significative au projet ou au sujet de recherche. Le « sujet de recherche » comprend l’utilisation de la technologie par les partenaires de recherche des Premières Nations et par les Premières Nations collaboratrices, éloignées ou rurales. Par exemple, les coauteurs peuvent avoir contribué à la mise en place d’une infrastructure à large bande et à l’utilisation des TIC dans la communauté qui collabore à l’étude, ou avoir contribué à sa conception, à la recherche documentaire, à l’analyse ou à l’interprétation des données, et à la rédaction de sections de l’article ou du rapport.
  2. Bien qu’il soit préférable que les auteurs aient tous une bonne connaissance de tous les aspects du travail, cela n’est pas toujours possible lorsque les travaux de recherche sont menés par des équipes dotées de domaines de spécialisation complémentaires. Les auteurs peuvent alors ne pas avoir une connaissance égale de tous les aspects du travail. Par exemple, il se peut qu’un auteur saisisse bien les aspects conceptuels ou théoriques du travail, mais qu’il connaisse peu ou pas la communauté qui collabore à l’étude. Par conséquent, lorsque les membres d’une équipe de recherche sont hautement spécialisés, la contribution et les responsabilités d’une personne peuvent être limitées à certains aspects précis du travail.
  3. Tous les auteurs devront se voir donner l’occasion de lire les manuscrits, de recommander des révisions et d’examiner et approuver la version finale. Un auteur a le droit de retirer son nom d’un article à tout moment, et ce, jusqu’à la date de tombée de la version finale, c’est-à-dire habituellement une semaine avant la présentation de la communication ou la soumission de la version finale du manuscrit accepté aux éditeurs d’une revue spécialisée.

Paternité des publications et reconnaissance des contributions autres qu’à titre d’auteur

Contributions qui commandent une mention autre qu’en qualité d’auteur :

  1. Les personnes responsables de l’administration d’un groupe de recherche ou de l’obtention du financement pour un projet, sans y participer à d’autre titre, ne devraient pas être considérées comme auteurs, mais méritent que leur contribution soit soulignée.
  2. Toute personne qui relit ou révise un manuscrit, qui effectue du travail manuel ou de bureau associé à la collecte des données (à moins de circonstances exceptionnelles), au nettoyage des données ou qui fournit des ressources peut être admissible à une mention à titre d’auteur. Le cas échéant, la communication entre les membres de l’équipe est essentielle, et les jugements éthiques portés par le chercheur principal (ou autre membre chevronné de l’équipe) sont cruciaux.
  3. Toute mention d’une contribution à un article ou à une communication est sujette à l’autorisation préalable de la personne ou de l’organisme visé.

Présentation de communications à des congrès et à d’autres événements

  1. Conformément aux pratiques courantes, un ou plusieurs auteurs peuvent présenter une communication à un congrès ou à un autre événement.
  2. Le nombre d’auteurs qui présentent une même communication à un événement peut varier. Cependant, nous ne défraierons que le déplacement de deux présentateurs au maximum.
  3. Pour ce qui est des coauteurs membres de la communauté sur laquelle porte la communication, nous défraierons le déplacement d’un membre de la communauté afin qu’il puisse présenter la communication.
  4. La présentation de communications dans le cadre de conférences universitaires occupe une place importante dans la formation des étudiants aux cycles supérieurs qui collaborent au projet. Dans la mesure du possible, ils devraient se voir donner l’occasion de présenter une communication à une conférence universitaire.
  5. Les frais de déplacement du ou des auteur(s) participant(s) devront avoir été convenus à l’avance avec les responsables du projet Innovation Premières Nations. Les frais de déplacement seront remboursés à la réception d’une facture de l’organisme responsable (tel le conseil de bande ou l’organisme partenaire). Ces frais seront remboursés selon les taux en vigueur à l’Université du Nouveau-Brunswick. Les frais de déplacement des étudiants aux cycles supérieurs de l’Université seront remboursés conformément à la politique de l’Université.

Renseignements, dates de tombée et consentement de l’auteur

  1. Dès qu’une publication est planifiée ou commencée, le nom des auteurs, ainsi que tous les autres renseignements essentiels connus (dates de tombée, dates et lieux de congrès) seront inscrits sur une liste de projets de publications.
  2. La liste des publications sera distribuée tous les mois avec l’ordre du jour de la rencontre mensuelle. Les coauteurs qui ne reçoivent pas l’ordre du jour de la rencontre (tels les collaborateurs de la communauté) recevront la liste par courriel tous les mois, accompagnée d’un rappel de leur statut de collaborateur et d’une mise à jour sur l’état d’avancement de la publication. Il incombe à l’auteur principal de tenir à jour les renseignements inscrits sur la liste des publications et de veiller à ce que tous les collaborateurs reçoivent cette liste tous les mois. La nécessité de tenir tous les intervenants au courant fera aussi l’objet d’un rappel à l’ordre du jour de la rencontre mensuelle.
  3. Les dates de tombée figurant sur la liste des publications seront également inscrites sur chaque projet d’article distribué afin que tous les coauteurs puissent en prendre connaissance. Les dates de tombée devront être respectées autant que possible. Les coauteurs doivent informer l’auteur principal s’ils ne sont pas en mesure de respecter les dates de tombée proposées. En cas de changement, le chercheur principal du projet devra communiquer les nouvelles dates de tombée à ses collaborateurs.
  4. Il incombe au chercheur principal du projet de veiller à ce que les renseignements figurant sur la liste des publications soient exacts et à jour et à ce que la liste soit distribuée tous les mois avec l’ordre du jour de la rencontre (il appartient aussi à l’auteur principal de veiller à ce que la liste soit distribuée tous les mois aux coauteurs qui n’assistent pas aux rencontres).
  5. Il revient aux coauteurs de se tenir au fait de l’état d’avancement des publications auxquelles ils ont accepté de collaborer et de corriger toute erreur dont ils prennent connaissance sur la liste des projets de publications.

Mise en oeuvre

  1. Les équipes de recherche devraient aborder les questions de paternité de la publication dès le début de leur collaboration. En plus d’être inscrits dans l’ordre sur la liste des publications, les noms des auteurs doivent être énumérés, dans l’ordre, sur toutes les versions du document, y compris les résumés, afin que tous les participants au projet de recherche sachent quels auteurs seront cités, et dans quel ordre, dans les publications issues du projet.
  2. Les collaborateurs en recherche communautaire : Les organismes et les communautés devraient décider de quelle façon ils aimeraient voir leur contribution reconnue et négocier une entente sur la paternité de l’œuvre dès le début du projet. Le sujet et la paternité des publications devraient être abordés dès les premières rencontres avec les dirigeants de la communauté ainsi qu’aux rencontres subséquentes, s’il y a lieu.
  3. Afin d’éviter tout conflit ou malentendu, l’équipe de recherche devrait se fonder sur des pratiques généralement reconnues caractérisées par l’ouverture et la transparence. Des discussions périodiques au sujet de la paternité des publications devraient être tenues au stade de la planification, de la rédaction et de l’établissement de la version finale. Si l’on constate que les attentes initiales ne sont pas comblées (voir la section 3.1), l’attribution de la paternité de l’œuvre peut devoir être modifiée, selon les contributions réelles de chacun au terme du processus de publication. Par ailleurs, de nombreux manuscrits doivent être révisés de façon substantielle avant d’être acceptés pour publication. Ces révisions peuvent nécessiter d’autres contributions. Lorsque de telles révisions s’imposent, l’équipe de recherche devrait se réunir pour réexaminer son entente originale et déterminer si des modifications doivent être apportées.
  4. Il est préférable de régler les différends liés à la paternité d’une œuvre à l’échelle locale, entre les auteurs ou au sein de l’équipe de recherche communautaire (c’est-à-dire entre l’organisme, la communauté et le chercheur principal). Si ces efforts échouent, on recommande aux membres de l’équipe de recherche de consulter des collègues. Dans des circonstances exceptionnelles, on demandera à l’équipe responsable du projet, c’est-à-dire les quatre partenaires de recherche, d’arriver à une décision.